Floria Sigismondi la réalisatrice de Sledghammer nous parle du clip

J’ai beaucoup travaillé avec la maquilleuse. Rihanna était vraiment partante dans l’idée d’avoir des tatouages sur le visage, ce qui était vraiment génial. Elle était partante pour enlever ses sourcils, c’était vraiment un look unique. On l’adore parce qu’elle est vraiment partante pour tout et ose faire de nouvelles choses. J’avais vraiment l’impression qu’elle était à fond dans le caractère et c’est le rêve de tout directeur artistique. Même dans la façon dont elle bouge, le langage qu’elle créé avec ses mains et son corps. Elle nous donne vraiment tout. C’est incroyable le nombre de fois où elle performe la chanson et à chaque fois elle nous donne quelque chose. C’est vraiment magique à regarder.

Ça a été filmé dans le désert dans un endroit appelé « The Tronna Pinnacles », c’est à environ 4 heures de Los Angeles. Je cherchais un endroit hors normes, j’ai déjà fait des shootings là bas mais je n’avais pas pris pleinement possession de l’endroit. Je connaissais bien l’endroit et le IMAX a vraiment rapporter le décor d’une bien meilleure façon que si ça avait été filmé avec une caméra normale.

C’était la première fois que je travaillais avec Rihanna. On avait parler de faire quelque chose ensemble avant donc quand l’occasion s’est présenté on se connaissait déjà donc c’était plutôt fluide. Pour moi, c’était plus dans l’idée de créer un être et je pense que dans ses mouvements etc c’était plutôt bien qu’on soit au milieu de nulle part. On s’est nous même perdus dans toute cette magie, cet endroit hors normes.