Communiqué: Lettre de François Hollande à Rihanna

Jeudi dernier, l’équipe de l’Elysée avait découvert avec surprise l’interpellation lancée sur twitter au président français par la chanteuse Rihanna: «François Hollande avez-vous lu ma lettre? J’attends votre réponse, nous avons besoin de votre leadership».


Engagée dans le mouvement EducationCannotWait visant à proposer un cursus scolaire à 13 millions d’enfants et d’adolescents qui en sont privés parce qu’ils résident dans un pays en guerre ou touché par une catastrophe naturelle, la star originaire de la Barbade avait préalablement envoyé un courrier à F.Hollande. Elle demandait son appui au chef de l’État français au moment où il se trouvait à New York pour participer à l’assemblée annuelle des Nations-Unis. Cela tombait bien : Hollande venait aussi d’être distingué par une fondation américaine comme chef d’État de l’année en raison de son action face au terrorisme. Le lendemain matin, c’est le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, André Vallini qui répondait, via twitter : «Vous avez raison (…) La France s’engage.» En début de soirée, Hollande tweetait à son tour: «Merci pour votre engagement. Vous allez recevoir ma réponse détaillée.»


Le tweet du président a été lu deux millions de fois dans sa version française et un million de fois dans sa version anglaise!

 

C’est cette lettre à laquelle faisait référence F.Hollande qui a été rendue publique. A en-tête du Président de la République, elle commence par un très officiel « Chère Madame » et se conclut par un beaucoup plus chaleureux « Chère Rihanna ». Le chef de l’État remercie la chanteuse d’avoir « attiré son attention » sur l’initiative qu’elle soutient. « L’éducation doit être la priorité absolue pour la communauté international e», affirme le numéro un français. « Si nous n’agissons pas, tous ensemble, nous verrons grandir sous nos yeux une génération sacrifiée», avertit-t-il en indiquant que la France a augmenté pour cette raison de 100 millions d’euros sa contribution à l’ONU et à l’UNICEF. Le président termine sa lettre en insistant sur l’importance d’une «action globale» et remercie la star pour sa mobilisation. « Cette cause est la nôtre », affirme-t-il. De quoi satisfaire « chère Rihanna » à qui François Hollande, revenu à une politesse toute républicaine, adresse ses « sentiments cordiaux ».